- Page 2

  • Pacte APF 2012 : Jean Pierre DOOR

    jp-door.jpg

    Jean Pierre DOOR, actuel Maire de Montargis et député de la 4ème circonscription se présente une nouvelle fois aux suffrages.

    Médecin cardiologue, il est Secrétaire de la Commission des Affaires Sociales à l'Assemblée Nationale et connait les problématiques que nous défendons.

    Nous avons été reçu ce jeudi 15 Mars 2012, pendant une demi- heure à la Mairie de Montargis, afin que de pouvoir échanger sur le Pacte APF 2012.

    Le candidat nous a tout d'abord rappelé que la loi de 2005 avait été portée par sa majorité et que par conséquent il y était particulièrement attaché. Toutefois, il considère que la limite de 2015 est avant tout une limite symbolique, qui ne pourra pas être respectée par les collectivités. Surpris par cette déclaration, nous lui avont rappelé simplement que la loi de 2005 reprenait en grande partie les principes de la loi de 75 qui n'avaient pas été respectés, et que par conséquent les personnes en situation de handicap étaient en droit d'attendre que celle de 2005 le soit et dans les délais décidés par le législateur.

    Comme pour tous les candidats, nous avons aussi échangé avec lui sur la situation de Miriam. Jean Pierre DOOR est surpris que le médicament en question ne soit pas disponible au Brésil, mais il ne s'est pas étendu sur la question considérant que ce sont à ces homologues de l'agglomération de se saisir du dossier.

    Jean Pierre DOOR nous fera connaître ses réactions sur le Pacte APF 2012 par courrier dans les semaines à venir. Nou vous diffuserons ses réponses et remarques dès qu'il nous les aura fait parvenir.

  • Pacte APF 2012 : Jean Philippe Grand

    651813087dd-31-portrait.jpg

    Conseiller Municipal d'opposition à Orléans et Conseiller Régional, Jean Philipe Grand se présente pour la députation sur la 1ère circonsccription du Loiret pour Europe Ecologie Les Verts/PS.

    Il était déjà signataire du "Pacte APF 2012 pour une société ouverte à tous!" en tant que conseiller Régional.

    Toutefois, il a acepté de nous rencontrer afin que nous puissions rentrer d'avantage dans les détails du pacte, mais aussi afin de connaître d'avantage les revendications portés par notre association.

    Cet entretien a eu lieu le 13 Mars dernier à la Délégation.

    L'occasion pour nous de revenir sur l'importance de ne pas déroger à la loi de 2005, et de maintenir en tout état de cause la limite de 2015 pour la mise en accessibilité.

    En charge des Lycées au Conseil Régional du Centre, il nous a exposé la démarche en cours pour la mise en accessibilité, permettant en 2015 à chaque lycéen de pouvoir suivre la filière de son choix, dans un établissement accessible. Même s'il nous a confié que la totalité des lycées de la Région ne pourra pas être acccessible en 2015, tellement l'investissement est lourd à financer.

    Il nous a confié vouloir s'appuyer sur nos expériences, en considérant que ce sont les usagers, les personnes et les associations qui sont le plus à même de conseiller les politiques et les élus.

    Symboliquement, Jean Philippe Grand a une nouvelle fois signer le "Pacte APF 2012" en tant que candidat. Il s'engage ainsi à la mise en place des 12 Engagements citoyens que nous défendons.

  • Rassemblement pour Miriam et sa famille

    20120306165442_00001.jpg

     

    Le rendez-vous était donné ce matin à 9h en bas de Place d'arc pour accompagner Miriam, sa soeur Raquel et leurs parents au tribunal administratif où les juges devaient se prononcer sur le renvoi de cette famille au Brésil.

    Leur Histoire :

    La Cour  d'Appel  de Nantes avait décidé, le 3 novembre 2009, après plus de deux années à se battrent, d'obliger la préfecture à délivrer une autorisation

    provisoire de séjour (APS) en raison de l'état de santé de Miriam. Elle leurs délivra alors au compte goutes des APS de deux mois renouvelables...Leurs parents se mirent aussitôt à travailler.

    Raquel est arrivé avant ses 13 ans en France, ce qui lui donne droit à la nationnalité Française. Elle a trouvé sa voie, elle est entrée en Seconde au Lycée Gaudier-Brzeska pour obtenir un Bac « Économie du bâtiment » afin de devenir architecte ou conducteur de travaux.

    En octobre 2010 Miriam devint majeur, et ses parents engagèrent les démarches pour la mettre sous tutelle. Bien qu'elle ai fait beaucoup de progrès, elle reste néanmoins dépendante de ses parents dans la vie quotidienne.

    Le 22 juin 2011, le juge des tutelles a déclaré les parents de Miriam ses tuteurs légaux et comme la préfecture leur avait laissé entendre, ils ont pensé que leurs ennuis seraient terminés, et que le prochain titre de séjour ne pourrait être que pérenne.

    Mais le 29 septembre 2011 tout bascule : 

    Le préfet use et abuse de son fameux pouvoir discrétionnaire, en refusant de leur délivrer un titre de séjour, et en leur notifiant une nouvelle Obligation de Quitter le Territoire Français, assortie d'une Interdiction de Territoire Français de 6 mois après reconduite à la frontière. Les thérapeutes et personnels soignant du Levain l'ont pourtant bien signifié : tout changement présente un caractère anxiogène pour Miriam... Encore une fois, la violence administrative décuple la violence de la maladie et du handicap.

    Ce qui a été dit à l'audience :

    Il a été souligné que la préfecture a voulu faire passer la demande de titre de séjour en raison de l'état de santé de Miriam pour une demande de titre de séjour pour les parents sans tenir compte une seconde de la santé de leur fille handicapée. Or, le rapporteur public est d'accords pour affirmer que Miriam étant sous tutelle de ses parents, c'est toute la famille qui doit avoir l'autorisation de séjourner en France. L'avocate, a insisté sur le fait qu'elle a communiqué tous les renseignements nécessaires pour traiter le dossier, mais que la préfecture ne répondait pas et laissait traîner !

    Nous attendons maintenant la délibération du tribunal qui rendra son verdict dans deux semaines. Il faut rester confiant, mais ne surtout pas stopper nos actions de soutiens et de revendication jusqu'à ce que cette famille ait définitivement le droit de séjourner en France !!!


    LIRE L'ARTICLE SUR ORLEANSINFOS.FR

     

    20120308114036_00001.jpg

    Article du 8 Mars dans La République du Centre