- Page 4

  • Cercle du silence pour Ardy

    cercle_de_silence.pnglogo-resf.gifLogo APF.png99655555logo-sante-solidaire-prop31-jpg.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Cercle de silence du mardi 5 juillet 2011, Place du Martroi à Orléans de 18H à 19H

    aura spécialement pour objet de demander le retour du jeune polyhandicapé : Ardi VRENEZI qui, après avoir été enfermé, avec sa famille, dans un Centre de Rétention a été expulsé vers le KOSOVO le 4 mai 2010.

    Ses parents étaient venus avec lui en France en juillet 2008 pour qu’il soit soigné, n’ayant aucun traitement efficace dans leur pays. Ils avaient vendu leur maison pour payer le voyage.  En France, l’évolution de la maladie avait été freinée.

    Mais le 3 mai 2010, les parents, le frère et la sœur d’Ardi étaient interpellés. Ardi a été arrêté le soir même au sein de l’institut d’éducation motrice où il était soigné, par une escouade de policiers. Arraché de son lit, transféré sur un brancard, placé dans une ambulance puis en centre de rétention pour la nuit, le lendemain matin Ardi a été mis dans un avion avec sa famille à destination de Pristina.

    Depuis lors, faute de médicaments et de soins adaptés, son état s’est considérablement dégradé. Il ne se lève plus, ne sourit plus, ne parle plus. Il a des difficultés de déglutition qui s’aggravent et nécessiteraient une aide alimentaire, impossible au Kosovo. Il maigrit, il a faim. Il reçoit les médicaments indispensables de France, ceux-ci n’étant pas accessibles ou étant même inexistants au Kosovo. Interpellé sur cette situation inacceptable, l’Etat Français persiste dans sa dramatique erreur d’appréciation, et accrédite par tous les moyens la thèse qu’il y aurait au Kosovo une prise en charge adaptée à la situation de polyhandicap. Ceci est faux.

    La pathologie dont Ardi est atteint ne laisse certes pas espérer de survie à long terme. Ardi va mourir, mais sans les soins adaptés, il mourra plus vite, et dans des conditions inacceptables de faim et de douleurs.

    Tout dans l’histoire de Ardi fait écho avec ce que nous dénonçons dans les Cercles de Silence : la violence de l’arrestation dans son foyer, l’inhumanité de la mise en centre de rétention et enfin la maltraitance dont il est victime par manque de soins adaptés dans son pays.

    Au silence assourdissant dont les autorités françaises font preuve quant au retour de Ardi en France, nous opposerons notre silence plein de clameur : un fauteuil handicapé sera installé au centre du cercle, avec les barbelés et les lanternes. Des personnes handicapées seront présentes avec nous dans le Cercle.

    Nous demandons le retour immédiat et sans délai de Ardi et de sa famille en France pour qu’il bénéficie des soins que son état impose.

  • Signatures de pétition des bâtons dans les roues

     

    Banniere.jpg

    Mardi 28 Juin, alors que la PPL Paul Blanc était discutée en deuxième lecture au Sénat, la délégation à organisé une séance de signatures de pétition.

    Une grosse demi journée qui nous a permis de récolter 160 Signatures, et beaucoup de messages d'encouragement.

    batons.jpgbatons2.jpg

    batons3.jpg

     

     

     

  • Le Cercle du Silence Pour Ardi

     

    Ardi & Fauteuil.JPG

     

     

    Le Cercle de silence du mardi 5 juillet 2011, Place du Martroi à Orléans de 18H à 19H

    aura spécialement pour objet de demander le retour du jeune polyhandicapé : Ardi VRENEZI qui, après avoir été enfermé, avec sa famille, dans un Centre de Rétention a été expulsé vers le KOSOVO le 4 mai 2010.

    Ses parents étaient venus avec lui en France en juillet 2008 pour qu’il soit soigné, n’ayant aucun traitement efficace dans leur pays. Ils avaient vendu leur maison pour payer le voyage.  En France, l’évolution de la maladie avait été freinée.

    Mais le 3 mai 2010, les parents, le frère et la sœur d’Ardi étaient interpellés. Ardi a été arrêté le soir même au sein de l’institut d’éducation motrice où il était soigné, par une escouade de policiers. Arraché de son lit, transféré sur un brancard, placé dans une ambulance puis en centre de rétention pour la nuit, le lendemain matin Ardi a été mis dans un avion avec sa famille à destination de Pristina.

    Depuis lors, faute de médicaments et de soins adaptés, son état s’est considérablement dégradé. Il ne se lève plus, ne sourit plus, ne parle plus. Il a des difficultés de déglutition qui s’aggravent et nécessiteraient une aide alimentaire, impossible au Kosovo. Il maigrit, il a faim. Il reçoit les médicaments indispensables de France, ceux-ci n’étant pas accessibles ou étant même inexistants au Kosovo. Interpellé sur cette situation inacceptable, l’Etat Français persiste dans sa dramatique erreur d’appréciation, et accrédite par tous les moyens la thèse qu’il y aurait au Kosovo une prise en charge adaptée à la situation de polyhandicap. Ceci est faux.

    La pathologie dont Ardi est atteint ne laisse certes pas espérer de survie à long terme. Ardi va mourir, mais sans les soins adaptés, il mourra plus vite, et dans des conditions inacceptables de faim et de douleurs.

    Tout dans l’histoire de Ardi fait écho avec ce que nous dénonçons dans les Cercles de Silence : la violence de l’arrestation dans son foyer, l’inhumanité de la mise en centre de rétention et enfin la maltraitance dont il est victime par manque de soins adaptés dans son pays.

    Au silence assourdissant dont les autorités françaises font preuve quant au retour de Ardi en France, nous opposerons notre silence plein de clameur : un fauteuil handicapé sera installé au centre du cercle, avec les barbelés et les lanternes. Des personnes handicapées seront présentes avec nous dans le Cercle.

    Nous demandons le retour immédiat et sans délai de Ardi et de sa famille en France pour qu’il bénéficie des soins que son état impose.