- Page 2

  • Des Bâtons dans les roues

     

    Banniere.jpg

     

    En 1975, une loi demandait de rendre accessibles les bâtiments et transports en France. Non suivie d'effets car sans moyens et sans délais, il a fallu attendre 30 ans et la loi « handicap » de 2005 pour voir fixé un délai : la France doit être accessible en 2015 !

    Rendre accessible ? Les maîtres d'ouvrage (collectivités publiques, entreprises privées, professions libérales, gérants d'espaces de loisirs et de sports...) n'y voient que des normes et des coûts supplémentaires en oubliant d'une part l'objectif initial de la loi, et d'autre part la possibilité de construire sans surcoût.

    Aujourd'hui, les parlementaires nous mettent des bâtons dans les roues !

    Ils viennent de céder aux pressions des lobbies dans une proposition de loi, nommée « proposition de loi Paul Blanc », votée en 1ère lecture au Sénat, puis à l'Assemblée nationale, en voulant déroger au principe d'accessibilité... dès la construction de certains bâtiments neufs !

    Citoyens, nous considérons que la liberté d'accéder à tous les lieux publics, aux logements, aux transports est un droit fondamental, universel, basé sur la dignité humaine, qui s'inscrit dans un principe de non-discrimination.

    Qui accepterait au quotidien de ne pas pouvoir entrer dans sa boulangerie, de passer par les sous-sols et les monte-charge pour accéder à des services administratifs ou à des salles de spectacles, de ne pouvoir prendre que quelques  transports publics, de n'avoir que quelques dizaines de logements sociaux accessibles dans une ville de 100 000 habitants... ? La bonne volonté et l'aide pour franchir des obstacles ne sauraient suffire : chacun doit pouvoir être autonome dans ses déplacements !

    Pour une « France accessible », l'APF rappelle que :

    1. Le principe d'accessibilité ne répond pas à une demande catégorielle émanant d'un public spécifique. Il constitue aussi un enjeu de société en termes d'urbanisme et d'aménagement du territoire : personnes âgées, blessés temporaires, parents avec poussettes, voyageurs avec une valise encombrante... chacun est concerné ! Sans compter le confort procuré aux personnes valides !
    2. Rendre accessible c'est tout simplement rendre les personnes libres de se déplacer, rompre l'isolement, permettre la rencontre des différences dans la société et donc lutter contre les préjugés. Le « vivre ensemble » n'est pas négociable !
    3. Personne n'a concrètement réussi à prouver qu'il n'était pas possible de rendre une construction neuve accessible pour des raisons techniques. Ce qui apparaît infaisable ou coûteux est en fait plutôt lié à une méconnaissance de la règlementation et à un manque de formation car des solutions techniques existent. Un bâtiment doit s'adapter aux besoins des hommes, et non l'inverse !

    Parce que l'Association des Paralysés de France défend l'autonomie, la liberté et la dignité des personnes en situation de handicap,

    Parce que pour l'APF, l'accessibilité concerne chacun d'entre nous aujourd'hui et demain,

    Parce l'APF a comme ambition une société ouverte à tous, solidaire et sans préjugés, et que cette ambition dépasse le champ catégoriel du handicap,

    L'APF demande au gouvernement et à chaque parlementaire d'introduire le principe de la conception universelle dans la législation française relative à l'accessibilité notamment dans la proposition de loi Paul Blanc lors de la 2nde lecture, conformément à la convention internationale de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées.

    L'APF demande le retrait voire le rejet de toutes dispositions législatives et règlementaires dérogeant, pour les constructions neuves, aux principes d'accessibilité et de conception universelle.

    L'APF demande à chaque citoyen son soutien par la signature de cette pétition.

     

    Signez la pétition en ligneLes signataires

    Le Site de l'action "Des Bâtons dans les roues"

  • France bénévolat

    Dans le cadre de l'&nnée Européenne du Bénévolat, France bénévolat Loiret organise une grande manifestation le 25 Juin, Place de la République, à Orléans.

    N'hésitez pas à vous y rendre pour témoigner de votre engagement bénévole.

     

    affiche.jpg

     

     

  • Conférence nationale du handicap : le « Je vous ai compris » de Nicolas Sarkozy vide de véritables annonces !

    Une dizaine de ministres, des tables rondes convenues - si ce n'est l'interpellation de Benoit Apparu par Jean-Marie Barbier sur les dérogations dans l'accessibilité du neuf ! -, une journée suspendue au discours de clôture présidentiel, telle était l'ambiance de cette 2ème conférence nationale du handicap.

    A remarquer : la reconnaissance de la place, du rôle et du travail des associations par tous les ministres et le président de la République.

    Une reconnaissance qui montre la pression qu'exercent les associations au quotidien pour faire avancer les droits des personnes.

    Une pression dont on a vu l'efficacité puisque le président de la République a demandé à ce que le décret inadmissible sur l'AAH soit rediscuté avec les associations, qu'il a affirmé qu'il ne céderait pas sur l'échéance de 2015 et qu'un plan de création de 3000 postes en entreprises adaptées est annoncé.

    A souligner aussi : la remise en main propre d'une lettre personnelle par Jean-Marie Barbier à Nicolas Sarkozy lui expliquant que seul le président de la République peut aujourd'hui décider du retour d'Ardi en France !

    Toutefois, Nicolas Sarkozy est resté flou sur la scolarisation, malgré le rapport Paul Blanc proposant des mesures très satisfaisantes.

    Il n'a abordé la question des ressources que sous l'angle de l'effort fait par l'Etat pour maintenir la revalorisation de 25% de l'AAH sur 5 ans, et ce en pleine crise et en pleine phase de réduction des dépenses publiques. Une insistance sur ce contexte qui pourrait passer pour une tentative de culpabilisation des bénéficiaires...

    Quant à la compensation, le mot même n'a jamais été prononcé.

    Enfin, il faut souligner le « hold-up » du jour : 150 millions d'euros pris au FIPHFP pour financer notamment l'accessibilité des écoles...

    Reste à analyser les 112 mesures du dossier de presse remis en fin de journée !

     

    Un sentiment de « Tout ça pour ça » donc, après tous les rapportsriches de propositions réalisés pour préparer cette conférence et une impression de « déjà vu » : le discours de la CNH de 2008...

    www.reflexe-handicap.org