- Page 2

  • VACANCES

    LA DELEGATION APF DU LOIRET

    SERA FERMEE

    DU VENDREDI 13 AOUT

    AU LUNDI 23 AOUT

     

    BONNES VACANCES

  • Respect des places de stationnement réservées

    Aujourd’hui, les conducteurs indélicats, les automobilistes qui en ont toujours « pour quelques minutes » et ne sont pas sanctionnés par la loi se verront sanctionner leur incivilité… par les personnes handicapées elles-mêmes !

    -          Parce que faire quelques mètres supplémentaires quand on a l’usage de ses jambes n’est rien, mais parce que c’est beaucoup voire impossible lorsqu’on se déplace en fauteuil roulant, à l’aide d’une canne ou que l’on souffre de difficultés respiratoires

    -          Parce que se garer sur une place GICG-GIC sans carte de stationnement, déborder sur un passage piéton ou se garer sur un trottoir entrave la libre circulation des personnes en situation de handicap, et que conformément aux dispositions des articles R175-5 à R417-9 du code de la route, cette infraction est passible d’une amende d’un montant pouvant aller jusqu’à 375 €. Le véhicule peut également être mis en fourrière, et toutes ces infractions entrainent une perte de 3 points sur le permis de conduire.

     

    L’Association des Paralysés de France distribuera dès aujourd’hui des « cartes d’incivilité » sous forme de contraventions factices afin d’informer et sensibiliser les conducteurs indélicats.

     

    CONTRAVENTION recto.JPG

    Ces contraventions factices sont à votre disposition sur simple demande auprès de la délégation APF du Loiret,

    par téléphone : 02 38 43 28 53, ou par email : dd.45@apf.asso.fr

  • "Je n'ai avoué mon handicap qu'après avoir signé le contrat"

    Le taux de chômage des personnes handicapées est deux fois supérieur à celui des valides. Les Internautes de l'Express.fr nous racontent leur expérience.

     

    Le handicap est-il un frein pour l'emploi? Selon un rapport de l'Insee paru vendredi 30 juillet, 41% des jeunes handicapés souffrent de discrimination notamment au moment de l'insertion professionnelle, comme en témoigne Camcam : "Je suis devenue malentendante à l'âge de 22 ans (...) et j'ai lutté pour avoir un travail à mon niveau (bac +5)... J'ai beaucoup de mal à téléphoner et pour tout entretien, il faut d'abord commencer par un coup de téléphone pour arranger un RDV, avoir un premier contact. Que pensez-vous d une personne qui a du mal à téléphoner? Qu'elle a des problèmes de communication et que donc elle ne sera pas efficace. Pourtant, en face a face, je n'ai absolument aucun problème. Mais le recruteur ne le sait pas. Le seul travail que j'ai eu, je me suis présentée directement sans même téléphoner. Ils ont été surpris (...) mais m'ont pris tout de même car j'ai de bonnes références. Je ne leur ai avoué mon handicap qu'une fois avoir signé le contrat."

     

    La suite sur lexpress.fr

    Rapport de l'INSEE